1
2
3

Le centre sportif créé exploite la topographie artificielle de l'amphithéâtre de verdure pour s'intégrer dans une logique de continuité avec le paysage. Des émergences vertes sont créées signifiant le nouvel usage des lieux : il ne s'agit pas d'une disparition, le nouvel équipement est clairement suggéré, au proche comme au lointain.
Depuis la route, ces émergences « les volcans » créent l'appel, prenant pour référence les terrils locaux, signes majeurs de l'artificialité du paysage contemporain. Une dorsale verte est également créée à l'échelle du paysage pour isoler visuellement le parking : celle-ci intègre les commerces et prolonge le parc visuellement jusqu'à la route, accompagnant le trajet piéton. Depuis le parvis, une très grande baie vitrée marque la fonction d'accueil du bâtiment, intégrant les commerces et bien sur le hall l'accueil permettant aussi la vue en plongée vers les salles de combat, fitness, et terrains de tennis, ainsi éclairés naturellement.
A l'intérieur, les flux sont pensés selon 2 logiques : utilisateurs sportifs et visiteurs spectateurs. Dans un hall généreux transparent et orienté sur le paysage, les visiteurs accèdent au niveau haut (spectateurs, club house du tennis) ou bas (vestiaires).